vendredi 31 décembre 2010

Pour clore l'année 2010...

...ce chalet dans les Pyrénées imaginé par l'agence Cadaval & Solà-Morales. Véritable vision métaphysique de la finitude de l'Homme.

jeudi 30 décembre 2010

Débat Vhyb la ville hybride : 'la ville durable' avec Philippe Madec, architecte


Date : mardi 15 mars 2011
Horaire : 8h30-12h
Lieu : Pavillon de l'Arsenal, 21 boulevard Morland, 75004 Paris (M° Sully-Morland)

Conférence sur le thème de la ville durable avec Philippe Madec, architecte.

Pour vous inscrire

Débat Vhyb la ville hybride : 'Construire autrement' avec Patrick Bouchain, architecte



Date : mardi 8 mars 2011
Horaire : 8h30-12h
Lieu : Pavillon de l'Arsenal, 21 boulevard Morland, 75004 Paris (M° Sully-Morland)

Projection du documentaire de Jacques Kébadian 'Construire autrement'* suivi d'un débat entre Patrick Bouchain et Michaël Silly, fondateur de Vhyb la ville hybride.

Pour vous inscrire

Pour mieux connaître Patrick Bouchain, je vous invite à lire cet entretien qu'il a donné à propos de la Friche la Belle de Mai.

*"Pendant les travaux, le chantier est ouvert au public", tel est une des particularités, qui apparaît comme un manifeste, du chantier du Channel. C'est celle que le réalisateur Jacques Kébadian va suivre pendant toute la durée du chantier. En toile de fond : la métamorphose des anciens abattoirs de la ville de Calais en Scène Nationale.

mardi 28 décembre 2010

Un hôtel mobile à Andalsnes en Norvège...mais pas seulement




Ce concept du Norvégien Jägnefält Milton est arrivé en troisième position du Norwegian master plan competition. Il s'agit d'un hôtel monté sur rail qui se déplace au gré de la ville en fonction des saisons. Il y a aussi une salle de concerts, des équipements publics. L'originalité du concept repose surtout sur le fait qu'il s'adapte à la ville déjà constituée ; nul besoin de concevoir de nouvelles artères et infrastructures.

Un packaging minimaliste pour un effet maxi



Les designers de l'agence Antrepo ont revisité l'identité visuelle de marques de la grande conso. à vous de juger !

lundi 27 décembre 2010

Les Alpes ou la mondialisation dans ce qu'elle a de pire ?



Les Cerniers dans le Valais en Suisse ont reçu en 2005 le prix mondial du tourisme durable pour leur camp de 'Whitepod' dont les principes reposent sur :
- la limitation de consommation d'eau et d’énergie,
- la diminution de production de déchets,
- l’utilisation des ressources renouvelables,
- la sensibilisation la clientèle sur la préservation de l’environnement.

Il ne s'agit encore que d'un concept pour millionaires mais après avoir passé une semaine dans les Alpes, et avoir constaté les méfaits de l'industrie de "l'or blanc" sur la nature et les habitants, ceci peut constituer un début de réponse. Pêle-mêle de ce que j'ai pu observer :

- des stations de ski littéralement "posées" sur la montagne et totalement dépendantes au niveau de leurs ressources (énergie, eau...) de l'extérieur,
- des habitants des villages alentours évincés des stations tant les prix des remontées mécaniques sont prohibitifs (avec le sentiment de frustration qui en découle naturellement),
- une dévitalisation sociale, économique, culturelle des villages environnants, un exode rural lent mais progressif, des stations de ski intermédiaires (soutenues par les collectivités locales) prises à le gorge et qui ferment les unes après les autres,
- des installations certes ultra-modernes (qui au passage demandent des investissements colossaux dont le ROI est loin d'être assuré) mais qui constituent autant de verrues dans le paysage.

Au-delà du paysage défiguré c'est bel et bien le fossé qui s'est installé entre les stations construites de toute pièce dans les années 50-60 et les villages qui m'a le plus marqué. Les stations font certes vivre quelques autochtones mais il s'agit d'emplois saisonniers, peu qualifiés et peu rémunérés. Rien en tout cas qui peut laisser penser que cette industrie, dans sont état actuel, pourra péréniser les quelques emplois locaux. Plus grave encore, l'acculturation des pratiques qui laisse la place à un prêt à penser, à consommer, mondialisé et identique, que l'on se trouve à Ibiza, Les Arcs ou Miami.

jeudi 16 décembre 2010

Le Monolithe à Lyon...pas tant que ça



Le Monolithe est situé dans le quartier Confluence, au sud de Lyon. Il s'agit d'un programme mixte comprenant logements sociaux, accès à la propriété, bureaux et commerces. Il est composé de cinq parties, l'originalité étant que chacune d'entre elles a été confiée à un architecte différent : Pierre Gautier, Manuelle Gautrand, ECDM et Erik van Egeraat.

mercredi 15 décembre 2010

Les Rubans du développement durable 2010 : de l'excellent...et une fausse note


La remise des prix des 'rubans du développement durable' s'est déroulée hier au Conseil d'Etat à Paris. L'idée est de distinguer les teritoires pour leurs politiques globales et concrètes de développement durable (tant en termes d'écologie industrielle comme le rappelait Pierre Moscovici, que de gouvernance locale ou de préservation de la biodiversité). Les territoires récompensées :
- Bras-Panon (la Réunion)
- Carquefou (Loire-Atlantique)
- Colmar (Haut-Rhin)
- Créon (Gironde)
- Haubourdin(Nord)
- Lille (Nord)
- Mellé (Ille-et-Vilaine)
- Orléans (Loiret)
- Pays de Montbéliard (Doubs)
- région de Franche-Comté

J'ai beaucoup apprécié :
- la politique de préservation de la biodiversité de Mellé, davantage axée sur la mise en réseau des acteurs que sur les moyens financiers
- la personnalité de Jean-Marie Darmian, ex instit' et journaliste très axé sur la dimension pédagogique de sa mission d'élu
- le bon sens du maire d'Haubourdin, qui fait preuve d'un pragmatisme terriblement efficace
- l'originalité de la démarche de gouvernance de Lille qui a crée un parlement local composé des différents acteurs directement et indirectement concernés par les projets d'aménagement
- la démarche génétiquement démocratique du maire de Colmar

J'ai moins aimé :
- la démarche de Bordeaux orientée 'préservation des petits oiseaux'

mardi 14 décembre 2010

Pluenergiehaus : une maison concept d'un genre nouveau


L'institut ILEK (Institut für Leichtbau Entwerfen und Konstruieren) de l'université de Stuttgart a conçu cette maison qui génère à la fois sa propre énergie ainsi que celle pour un véhicule électrique.

lundi 13 décembre 2010

Des multiples atouts de la paille de la Champagne Bérichonne


Après le chanvre, la laine de mouton...voici le panneau de paille. L'usine de fabrication de la société Stramentech est implanté au cœur de la Champagne Berrichonne (2è région céréalière de France). Double avantage, elle offre de nouveaux débouchés aux agriculteurs et les surplus de paille ne sont plus brûlés.
L'usine a déja créé 13 emplois (Neuvy-sur-Paillou (36).
Les panneaux de paille compressée à chaud, sont recouverts d'une couche de carton recyclé qui leur donne l'aspect de plaques de plâtre constituent des isolants phoniques et thermiques performants à un prix très compétitif.
L'idée n'est pas nouvelle. L'utilisation de la paille dans le batiment a été remise au goût du jour par les anglais dans l'après-guerre, qui l'ont utilisée pour faire face aux énormes besoin de reconstruction et 3 à 400 000 maisons ont été batie avec ce matériau. La technique s'est ensuite timidement exportée dans une quinzaine de pays dont les USA, l'Australie mais surtout les anciens pays du bloc de l'est ainsi que ceux en voie de développement...

samedi 11 décembre 2010

Le Vatican, état le plus éco-responsable au monde


Le Vatican a fait installer une petite centrale photovoltaïque pour ses besoins énergétiques. Résultat, cele en fait l'état le plus clean au monde.

vendredi 10 décembre 2010

Arrêt des projets de centrale photovoltaïque décrété par Matignon : les Alpes du Sud en première ligne


Matignon a récemment décidé de geler tout projet de construction de centrale photovoltaïque jusqu'en mars 2011. Pour les Alpes du Sud, ce ne sont pas moins de quatre projets qui ont ainsi été stoppés net. C’est le cas notamment à Espinasses où le permis de construire a pourtant été délivré en avril dernier et où, à l’heure actuelle, rien n’a véritablement bougé, le site étant toujours sur liste d’attente.
Du côté de Montjay-Sorbiers en revanche, le nouveau décret rajoute son lot de soucis. Car dans le Buëch, on attendait déjà la décision de la préfecture quant au projet d’une centrale photovoltaïque de plus de 30 hectares qui pourrait voir le jour en pleine forêt, l’enquête publique préalable à son implantation s’étant achevée le 25 novembre.
Mais « pour l’instant, on est bloqués » résume Yves Rabasse, maire de Sorbiers. En effet, même si la préfecture venait à autoriser le projet (la réponse est attendue pour la mi-décembre), celui-ci sera, quoi qu’il arrive, bloqué jusqu’en mars par ce nouveau décret.
Une situation que connaît également le Pays Sisteronnais où le projet d’implantation d’un parc photovoltaïque en lieu et place de l’ancienne décharge de Mison attend également que les résultats de l’enquête publique menée du 15 octobre au 15 novembre derniers ne soient rendus publics.
Et avec ceux du hameau d’Arzeliers à Laragne-Montéglin et de l’aérodrome du Chevalet à Aspres-sur-Buëch, ce sont donc quatre projets de parc ou centrale photovoltaïque qui sont pour l’instant retardés par ce nouveau décret. Jean-Michel Arnaud affirme pour le Chevalet : « Pour nous, ça ne change rien dans notre démarche. On avisera au fur et à mesure ».

Etat financier des collectivités territoriales en Bretagne : l'état d'urgence ?


à un an du remplacement de la taxe professionnelle par la contribution économique territoriale, l'état des finances des collectivités territoriales bretonnes pose de nombreuses questions ; à lire dans Sud Ouest

jeudi 9 décembre 2010

La Région Nord-Pas-de-Calais met le turbo sur le bio


Ce matin, sept marchés du Nord-Pas-de-Calais ont signé une charte d'engagement avec le conseil régional pour s'approvisionner auprès des agriculteurs biologiques du Nord-Pas-de-Calais. Par cet accord la Région entend montrer sa détermination à favoriser l'agriculture biologique. 'Le Nord - Pas-de-Calais, en pourcentage de surfaces cultivées en bio, est à l'avant-dernière place des régions françaises... Mais il y a des raisons à cela. Ici, dans de petites et moyennes exploitations, la tradition est de pratiquer la culture intensive', précise David Lefranc, responsable de la recherche et du développement de la coopérative de Phalempin.

mercredi 8 décembre 2010

Une école en superposition


Bjarke Ingels Group a récemment fait cette proposition d'école pour la ville d'Asminderod au Danemark. Son originalité, cette série de toits végétalisés ondulés qui permettenta aux enfants d'y jouer (gare à ne pas tomber !). L'école est également équipée d'un système de récupération des eaux de pluie, jouit d'un programme spécifique de préservation de la biodiversité et d'une utilisation optimisée de la lumière de jour.

mardi 7 décembre 2010

Favoriser la R&D des énergies renouvelables...encore et toujours


Jusqu'à récemment, une éolienne produisant 1,5 megawatt, était considérée comme une réelle performance. Avec l'Enercon E-126, ce ne sont pas moins de 7 megawatt qui seront produits à l'année. Dans cette course au gigantisme, la compagnie norvégienne Enercon annonce une éolienne produisant 10 megawatt pour 2011 et une entreprise espagnole une éolienne de 15 megawatt pour 2020 (70 éoliennes de ce type produiront l'équivalent de l'énergie annuelle d'une centrale nucléaire).

dimanche 5 décembre 2010

Résidence pour filles mères en Norvège


L'agence norvégienne Fantastic Norway a conçu un village de maisons interconnectées pour filles mères avec lieux de vie, salles de jeux et cuisines à partager entre résidents. Sur le papier le projet peut sembler séduisant, mais à terme, le risque n'est-il pas de communautariser la misère sociale ?

samedi 4 décembre 2010

Une maison arche nouvelle génération


La structure de toit en forme d'arche a longtemps été mise de côté (elle date du XIVè siècle). Elle permet pourtant d'alléger la structure et donc d'utiliser moins de matériau. C'est le parti pris de l'architecte Richard Hawke pour la 'crossway house' de Staplehurst dans le Kent en Angleterre. De surcroît il s'agit d'une maison passive.

jeudi 2 décembre 2010

Nouveau collège d'Amsterdam : le temporaire de transition



Voici le premier collège démontable au monde ! dans l'optique d'un collège flambant neuf, la ville d'Amsterdam a décidé de mettre à la disposition des élèves une structure temporaire (plus sympa que les lycées Pailleron non ?!). Modulable, le bâtiment est destiné à être déplacé sur d'autres sites à Amsterdam, lorsque le nouveau collège (dont la construction à commencé) sera terminé.

mercredi 1 décembre 2010

Calendrier 'eat local'

Le calendrier est réalisé par Maria Schoettler, artiste basée à Oakland aux Etat-Unis.

mardi 30 novembre 2010

Produits alimentaires locaux : rendez-vous à Tarascon le 9 décembre


La chambre d'agriculture de l'Ariège et sept partenaires d'AgriProxi (programme opérationnel de coopération transfrontalière Espagne-France-Andorre) ont souhaité faire un point sur les bonnes pratiques en matière de distribution de produits locaux. Sur quel(s) marché(s) positionner une plateforme : restauration collective, paniers de produits, GMS… ? Avec quels types de produits : bios, conventionnels, les deux ? Quelle forme d'organisation préférer avec quels soutiens des territoires ? Autant de questions qui seront explorées à travers divers témoignages et interventions jeudi 9 décembre 2011 au parc de la préhistoire à Tarascon.

dimanche 28 novembre 2010

Une tour algue pour nourrir les poissons



La 'tour algue' de Peter Cook et Gavin Robotham du studio CRAB est basée sur le principe d'algues en croissance intégrées à la structure. Transformées en biomasse, elles servent à alimenter les poissons et à approvisionner les voitures en bio-carburant (+ de trois millions de litres annuelles / surface d'un hectare). Ce projet est arrivé second de la compétition internationale de Taiwan.

samedi 27 novembre 2010

Pour une approche architecturale hybride

Remix Architecture from Remix Architecture on Vimeo.

à vos marques, prêts, partez !





Les architectes autrichiennes, Sandra Janser et Elisabeth Koller, ont peint des rues de Graz en piste d'athlétisme, sur une longueur de 750 mètres. Intitulé 'à vos marques, prêts, partez !', le projet a pour but de donner un nouveau départ à ce quartier, Jakoministraße et Klosterwiesgasse, en réaffirmant ses activités dédiées au design.

vendredi 26 novembre 2010

Débat public sur la qualité de l'eau en Alsace


Le ton est monté hier soir, les participants n'étaient pas d'accord mais il y avait une volonté conjointe d'avancer. Entre qui et qui ? L'association environnementale Alsace Nature et les agriculteurs représentés par la FDSEA. Ce genre d'initiative est suffisamment rare pour être souligné. Et très vite on se rend compte que les incriminés, les agriculteurs, ont réalisé tous les efforts possible dans la mesure de leur marge de manoeuvre (dans sa dimension économique essentiellement car remplacer les pesticides par des produits bio a un coût qui jusque-là était supporté par les MAET, Mesures AgroEnvironnementales territorialisées, sorte de subventions publiques). Mais depuis peu les vannes ont été coupées. Selon les parties représentées, manquaient autour de la table les représentants publics, les industriels agro-alimentaires et la grande distribution.

Un agriculteur a pourtant réussi ce pari. Nicolas Wisser, agriculteur à la fibre écolo, également maire de son village (Bouissac dans les Charentes) ; il a convaincu une centaine de villages environnant à passer à l'agriculture sans pesticide. Il serait intéressant de les mettre en relation, non ?

Musée Zayed à Dubai, la légèreté de l'oiseau



Le projet de musée national de Zayed à Dubai a été dévoilé hier par le Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum. Il est conçu par Foster & Partners. Ses cinq ailes sont en acier et servent de cheminée de refroidissement pour les salles d'exposition situées en sous-sol.


jeudi 25 novembre 2010

'Sahara Solar Breeder Project', Desertec version nippone


Ce projet est pour l'heure à l'état de réflexion. Il est mené par des scientifiques issus d'universités japonaises. L'idée : concevoir des fours solaires à ultra haute température et approvisonner 50% des besoins énergétiques mondiaux d'ici 2050.

mercredi 24 novembre 2010

Inauguration de l'institut solaire de Masdar


L'institut est la première pierre à l'édification de la ville de Masdar aux Emirats arabes unis dont l'objectif est le zéro émission de CO².

mardi 23 novembre 2010

Transition Town Totnes : la ville en transition


Cette petite bourgade de 8500 habitants du sud-ouest de l'Angleterre, Totnes, invente un nouveau mode de vie autarcique qui ne dépend plus des apports extérieurs en matière d'alimentation, d'énergie.

Il s’agit de la ville en transition [transition town] la plus avancée du monde, pionnière d’un mouvement qui, face au double défi du changement climatique et de la fin prochaine du pétrole à bon marché, a pour objectif de réduire sa consommation énergétique et son empreinte carbone.

Totnes offrait le terreau idéal pour une révolution qui a commencé il y cinq ans à Kinsale (Cork, Irlande) quand un groupe d’étudiants de troisième cycle a rédigé une étude sur le sujet dont les conclusions ont rapidement été adoptées par la mairie locale dans le but de poursuivre ce même objectif. Le professeur Rob Hopkins, qui a participé à la réalisation de cette étude, a choisi de s'installer à Totnes, une petite ville du comté de Devon dans le Sud-Ouest de l'Angleterre dont il est lui-même originaire, pour y mettre en pratique ses idées. Avec sa population diplômée et un peu hippie de la classe moyenne supérieure, dotée d’un énorme pouvoir d’achat et dont les intérêts sont à la fois conventionnels et alternatifs, Totnes était déjà connue comme la capitale du New Age Chic.
Ce qui surprend d’abord dans cette capitale mondiale des villes en transition, c’est que Totnes possède sa propre monnaie : la livre de Totnes. Au total, 10 000 billets d’une livre (une livre de Totnes vaut une livre sterling) ont été imprimés et sont acceptés par une centaine de commerces qui ont choisi de prendre part au mouvement. L’objectif est évident : favoriser l’achat de produits locaux dans les commerces de la ville afin de limiter le gaspillage d’énergie (transport, etc.) et à la survie des petites entreprises. En parallèle, un système d’échange de biens et de services à base de crédits a été mis en place sans prendre pour base les conventions de l’économie formelle.
Au centre-ville, quatre distributeurs permettent de changer des pièces d’une livre pour des billets d’une livre de Totnes. L’initiative a d’abord provoqué une formidable polémique à cause de la distinction qu’elle établit entre les établissements solidaires et ceux qui ne le sont pas – en particulier ceux qui font partie d’une chaîne, dont la clientèle vient d’ailleurs et ne souhaite pas employer une monnaie qui n'a pas cours dans le reste du pays. "Il est vrai qu’une distinction s’établit : d’un côté, ceux qui assument la responsabilité d’acheter local et, de l’autre, ceux qui suivent d’autres modèles. C’est inévitable", explique Noel Longhurst, pionnier de l’organisation Transition Town Totnes.



Un modèle qui s'exporte
Des villes en transition existent en Grande-Bretagne, en Irlande, au Canada, au Chili, en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis. Elles représentent un mouvement qui évolue en marge du pouvoir établi, mais qui cherche à collaborer avec les autorités municipales. Il est généralement le fait de quatre ou cinq individus engagés qui s’occupent à la fois de faire connaître les idéaux philosophiques [qui sous-tendent le mouvement] et d’élaborer une stratégie. Ceux-ci fédèrent le mouvement par la création d’un site internet à vocation locale, l’organisation de séminaires, de conférences dans les écoles, de projections de films ou de forums citoyens. Ils multiplient également les contacts avec les politiques et les commerçants locaux, etc.


Aux Etats-Unis, c'est à San Francisco que l'expérience est la plus avancée. L'agriculture est progressivement intégrée à l'urbanisme. L'idée étant de remplacer les pelouses par des zones agricoles intégrées à la ville. L'utilisation de l'eau devient ainsi plus raisonnée. Kevin Bayuk et Naresh Giangrande en sont notamment les initiateurs. L'objectif : atteindre 700 hectares de surface agricole dans San Francisco.
Pour être officiellement reconnus en tant que ville en transition, les villes et les villages doivent se soumettre à une sorte d’examen. Un représentant du mouvement mis en branle par Rob Hopkins doit venir sur place pour donner une formation et s’assurer que la ville possède une petite organisation qui va au-delà du simple volontarisme et qu’aucun problème de concurrence ou de dissension interne ne viendra freiner le projet. Selon Hopkins, "l’un des problèmes les plus fréquents, c’est le scepticisme de ceux qui disent que les grandes entreprises et les élites locales ne se gêneront pas pour nous écraser si nous portons véritablement atteinte à leurs intérêts – une crainte qui, jusqu’à présent, ne s'est pas avérée. D’autres estiment que les partis politiques écolos occupent déjà le terrain de la défense de l’environnement et que notre position apolitique nous expose au risque d'être récupérés par des extrémistes qui souhaiteraient s’emparer de notre programme."


L’objectif final de Totnes, comme de toutes les villes en transition, est de relocaliser la production, la distribution et la consommation afin que la grande majorité des emplois soient occupés par des locaux et que les aliments, l’énergie et l’eau soient produits au sein même de la communauté. D’après Longhurst, "il faut penser à l’échelle mondiale, mais agir à l’échelle locale. Se préparer à la crise sans pour autant y perdre sa bonne humeur."




Energie solaire : d'ici 2050 c'est l'équivalent de 14 000 centrales nucléaires à construire pour répondre aux besoins énergétiques mondiaux




les panneaux solaires sont produits à partir d'énergies fossiles


Tout le long du processus de production, ce sont en effet kérozène, charbon, pétrole qui sont recquis pour fabriquer, transformer, transporter les dits panneaux.

Qui sont les leaders d'opinion du développement durable aux Etats-Unis ?


Vous le découvrirez en lisant 'The Post Carbon Reader' (540 pages quand même).

lundi 22 novembre 2010

Plus l'eau est rare plus elle devient un enjeu politique


à lire dans La Provence

Après 'Dreamlands', 'videogamesland'


Le centre Pompidou consacrait l'été dernier une exposition sur les influences entre la ville de carton pâte inventée notamment à l'occasion d'expo universelles (la Tour Eiffel n'est qu'un 'reste' de l'expo de 1889) et la ville constituée. Dans le même registre on peut également considérer qu'il existe une réelle influence entre la ville telle qu'elle est représentée dans les jeux video et la ville réelle (l'un et l'autre s'influençant mutuellement à tel point qu'il est difficile de les dossocier).

Les centres commerciaux ont-ils leur place en ville ?


Pour lire l'article.

vendredi 19 novembre 2010

Des 'observatoires flottant' gonflés à l'hélium





C'est le projet lauréat de la compétition internationale 'Taiwan tower' (upgrade.studio, DSBA and Mihai Carciun ). Le concept architectural est celui de l'arbre techno, composé de huit feuilles principales. Chaque nacelle 'feuille' est gonflée à l'hélium et peut accueillir en même temps jusqu'à 80 personnes. Le projet a été conçu pour avoir une empreinte écologique optimale : ventilation naturelle des locaux par un principe de cheminée, orientation à 360° des bâtiments pour optimiser la ventilation naturelle, collecte des eaux de pluie, chauffage des bâtiments par le biais d'un champ électro-magnétique et d'une station géothermale. Certainement inspiré de la cité des nuages de Star Wars...

La cité lacustre du 21è siècle est aux Pays-Bas



Cette maison sur pilotis est une création du studio d'architecte hollandais +31 Architects. La maison se situe sur l'Amstel à Amsterdam. Les Pays-Bas ont intégré depuis longtemps les contraintes de construction sur les polders, ces zones situées en-dessous du niveau de la mer. A tel point qu'il y est désormais très tendance d'habiter sur l'eau. On peut donc présager que les premières cités lacustre, basées sur des modes de construction high tech, reverront très certainement le jour dans le nord de l'Europe.